De mon point de vue… Parmi les étrangers

À la suite du décès de ma mère, j’ai ramassé une grande partie de ses papiers personnels. J’ai mis des années avant de réaliser un certain tri dans tout ce fatras, intimidée à l’idée de fouiller dans ses affaires. Quand je me suis enfin décidée, une quantité impressionnante de vieux calendriers a bien failli se retrouver directement dans le bac de récupération. J’ai compris juste à temps qu’ils avaient servi de livres de comptes. Un peu partout, dans les carreaux des dates, on y lisait arrivé ou parti, associés à des noms, aussi des montants dus ou reçus. La liste que j’en ai établie m’a amenée plus loin que je ne l’aurais cru.

L’exercice hautement émotif m’a fait faire tout un voyage dans le passé, jusque dans mon enfance. Parmi les étrangers s’est imposé à moi, telle une urgence soudaine de mettre en mots tous ces souvenirs ravivés. Une fois déposés sur papier, ils ont formé une histoire peu banale. Qu’on me pardonne de petites erreurs de logique temporelle ! Les images qu’elles créent importent plus que leur justesse.

Ce nouveau récit commence ainsi:

Tous les deux, nous étions restés figés sur place. Nous avions l’air de piquets de bois, plantés là, un petit et un grand, dans l’espace restreint du palier de l’entrée.

Lire "Parmi les étrangers"
Télécharger EPUB  /   Télécharger PDF

Début de l’aventure: À la dérive

C’est avec À la dérive que je me suis lancée. Exemplaires maison en main, j’ai participé au Festival des écrits de l’ombre qui avait lieu à Saint-Antoine-de-Tilly, petit village à proximité de la ville de Québec. On y offrait une tribune aux écrivains amateurs. Ce long week-end s’est déroulé au bord du fleuve Saint-Laurent, dans un décor très différent de mon Abitibi. J’ai eu le plaisir d’y rencontrer Esther Croft et Paul Ohl, des auteurs généreux. Ils ont donné des ateliers, partagé conseils et repas. Mais, ce qui me tenait le plus à cœur était d’observer comment on réagissait à ma façon toute personnelle d’agencer les mots.

En voici donc les premières phrases:

L’été à mon chalet m’avait semblé trop court. Encore une fois. L’automne allait s’installer dans trois jours.

Lire "À la dérive"
Télécharger EPUB  /   Télécharger PDF