En mode création…

Allô tout le monde!

Du neuf pour 2019?

L’année qui s’annonce devrait voir venir au monde un ou peut-être deux de mes projets d’écriture. Chose certaine, je suis loin d’avoir abandonné la création littéraire! J’espère que mes nouveautés vous plairont.

 Retour sur vos commentaires…

Ils me nourrissent. J’en reçois beaucoup de vive voix. Je relis aussi ceux que vous me laissez sur le site. Afin d’accéder directement à ces derniers, nous avons ajouté un lien qui apparaît maintenant juste sous le titre de chacun de mes écrits. On peut cliquer sur la petite bulle qui ressemble à celle-ci . De plus, elle indique le nombre de messages. À date, on peut en consulter plus d’une trentaine!
Vive la magie d’internet jumelée à celle des mots!

À bientôt!

 

Plus d’un format gratuit

Après 1 an d’existence, voici un petit rappel concernant les trois façons de lire mes écrits.

En plus de le faire directement en ligne, vous pouvez télécharger le format EPUB de mes histoires. Ainsi, mes bouquins virtuels sont à vous et vous accompagnent en tout temps, n’importe où.

Quant au format PDF, comme le précédent, il se rapproche du livre classique: page couverture, image, dédicace. C’est la version prête à imprimer. Si vous préférez le papier à l’écran ou s’il vous prend l’envie de créer un cartable de mes œuvres, faites-vous plaisir!

(Source: Aide/FAQ)

Heureux temps des fêtes!

À l’aube de 2018, permettez-moi de vous souhaiter la chose la plus importante dans la vie: la SANTÉ.

Aussi, j’aimerais dire un grand MERCI à vous toutes et tous qui avez choisi de vous abonner à l’infolettre, un geste qui ne coûte rien, mais qui me touche plus que vous l’imaginez. Je le prends comme un signe de la confiance que vous portez en ma capacité d’écrire, de produire des textes intéressants et de qualité. Vous m’accompagnez dans ma démarche d’écrivaine et je vous en suis vraiment très reconnaissante.

Joyeux Noël! Bonne Année!

Bientôt, un second récit…

D’ici peu, je serai prête à ajouter un nouveau texte dont le titre sera: Parmi les étrangers.

Ce deuxième récit autobiographique est récent, même si je suis remontée assez loin dans mes souvenirs. J’en ai terminé l’écriture environ une semaine avant la fin du mois de février 2015. J’ai donc pu tenter ma chance au concours du Prix de la création de Radio-Canada. Ce fut sans succès, comme pour les quelque 800 autres participants, écrivains professionnels ou amateurs.

Maintenant libérée de la contrainte d’avoir à me limiter à un nombre maximum de mots, je suis en train d’effectuer plus qu’une simple révision. Je retouche des formulations, j’ajoute des détails intéressants, j’élimine les redondances. Au bout du compte, j’ose vous promettre une œuvre encore plus agréable à lire, composée d’une belle gamme d’émotions.

Lectures estivales

Bonjour!

Bien reposée, je suis heureuse de reprendre du service. En attendant ma prochaine publication, actuellement en relectures/révisions, je me suis dit que ce serait agréable d’échanger entre nous les titres qui ont meublé notre été. De mon côté, cette année, j’ai exploré différents genres.

Les luminaires d’Eleanor Catten, version originale en anglais. Des fois, les traductions… Création canadienne. Une longue intrigue qui se passe surtout en Australie, remplie de ramifications. C’était bien.

117 Nord, écrit par Virginie Blanchette-Doucet de Val-D’Or, m’a surprise. C’est une sorte de poésie du travail, de l’emploi à accomplir malgré tout. On imagine Malartic et les contrecoups d’une exploitation à ciel ouvert, une vie piégée par les réalités imposées par une mine littéralement dans sa cour.

Il faut lire Sœurs voléesEnquête sur un féminicide au Canada. Emmanuelle Walter offre des explications historiques qui jettent de l’ombre sur les célébrations du 150e anniversaire. Et il est temps. Difficile de faire fi du racisme ciblé et systémique qui a cours depuis l’arrivée des Blancs dans ce pays.

L’écume des jours de Boris Vian. Phrasé souvent très génial, certes. Mais, n’accède pas à son monde particulier qui veut. Je ne suis pas parvenue à relever le défi qu’une amie m’avait lancé.

Enfin, je viens de découvrir une auteure des Cantons de l’Est: Louise Penny. Son premier titre En plein cœur m’a accrochée complètement. L’humanité des personnages y est développée à mon goût. L’enquêteur Armand Gamache démontre une intéressante sensibilité et semble avoir une vie de couple saine. Original, non? Ça m’a changée du stéréotype d’inspecteur tourmenté et alcoolique.

Et vous, avez-vous fait de belles trouvailles littéraires cet été? Si oui, n’hésitez pas et laissez un message dans la section Votre avis sur « Lectures estivales ». Vous pouvez y accéder en cliquant sur le titre de cet Édito ou sur la bulle conversationnelle.

La bûcheronne à son père, un chapitre à la fois

Bonjour! J’y vais cette fois avec le genre littéraire de la novella. J’ai pensé vous la présenter sous la forme d’un feuilleton qui compte six chapitres en tout. J’en publierai un par semaine. Ce n’est qu’après la mise en ligne du dernier chapitre que les versions entières EPUB et PDF seront disponibles.
Les raisons qui m’ont amenée à écrire ce presque roman, vous les découvrirez dans l’article ci-dessous.

Dans les jours à venir…

Bonjour, je travaille actuellement à finaliser la révision de La bûcheronne à son père, la plus longue histoire que j’ai écrite jusqu’à maintenant. Bientôt, je vous proposerai donc ce texte inédit.

Une nouvelle histoire à lire!

«En vérité, le chemin importe peu, la volonté d’arriver suffit à tout». Voilà une des conclusions qu’énonce Camus dans «Le mythe de Sisyphe». Je ne serais pas étonnée qu’Alphonse, l’un de mes personnages de Simple passagère, ait déjà lu l’essai du grand écrivain/philosophe, car c’est ce qu’il croit aussi. Il ne doute pas une seconde qu’Alberte, sa compagne adorée, puisse voir la vie autrement.